Divagation naine, neuvième dans sa position



   Ce masque, que ne faudrait-il point qu’il habite en dehors de ma chair; ce masque qui a été jeté sur moi, en moi, une union sans passion et sans choix; un destin empli de regards de haine et d’envie, une vie empli de douleurs et festins. Ce masque, il repose autant sur mes épaules que sur mes larmes, une vision qui dépasse ma puérile individualité; Car Il Est Écrit, À Tout Jamais, Que La Race Des Hommes Existe Pour Exister À Tout Jamais. Obéissez moi, hommes du Sud, hommes du Nord, et tout autre homme; que nos mains ne soient qu’unes, bien que nos esprits soient infinis; que notre Empire subjugue la réalité de l’Univers, bien que celui-ci soit infini; créons un Empire similairement infini, car je vous le dis, même si vous êtes révulsés par vos frères, la division n’entraînera que la mort pour vos sœurs et l’oubli pour vos nobles dynasties. Obéissez moi, et ensemble construisons les ascenseurs spatiaux, les vaisseaux, les colonies; exterminons les mystères, les extraterrestres et l’apathie qui frappe tout nos coeurs; ensemble, embrassons nos masques, et brisons la prison de l’Univers. Car Il Est Écrit, À Tout Jamais, Que La Race Des Hommes Existe Pour Exister À Tout Jamais.


2018-09-04 02:09:47
Renaud Olivier Chouinard