Divagation naine, septième dans sa position



   Immortelle l'hyme mortelle, mais comment pleurer sans soucis sinon sans sous et sans met. Le vestige resplendissant d'un rempart sans destin, et alors mais encore, pour sinon la gloire doit fêter sans festin! Joli par terre mais quoi, mais travers, parcours d'une image investie de grande langueur il fallait prévoir sans brasier s'embrasser dans les pourtours fumant jadis mon éperon pourfendu devait loir sans jadis terme des quands de pour de contre. Et la valse grignote, et la garnotte gigote, alors et ainsi pour toujours et jamais, initiés vieillissants; méditation d'une pitié sans actif. L'abysse appel, l'abysse répond, l'abysse sans fond, toujours à l'affût des brics et des bracs d'hommes et sans pommes... Comment fendre, sinon la jouvence? Comment pourfendre sans vendange?Jamais toujours, mais fallait ainsi partager le viol, diviser le vitriol! Réponses et freins pour les gourmands de penses sans anse, orgasme d'une caméléon, qui trotinait exécrable le long d'un collision.


2018-09-04 02:06:55
Renaud Olivier Chouinard