Divagation naine et pessimiste



   Et alors que le nectare brille pour toujours, invisible au toucher, une lame dans les yeux. Et alors que les cohésions se font rare et acides, dans les pluies de terreur et d'ennuie. Et alors que la respiration fait place à l'asphyxiation, et que la beauté fait place à la pourriture, la sécheresse et l'incontinence. Et alors que nous assistons au spectacle de notre mort. Le destin de la race des Hommes se brise, et jamais l'univers ne connaîtra la lumière de la civilisation. Le destin de la race des Hommes se brise, et rejoint le néant sans importance de l'insuffisance. Et jamais l'univers ne connaîtra la lumière de la civilisation.


2018-09-04 01:49:05
Renaud Olivier Chouinard