Trahison



   Pourrait-on, dis-je, formenter se complot, alors et ainsi même que le rêve brisé fait impression fugace et frugale? La réponse est évidente et négative, si bien que la conception d'une telle abrasivité sur nos affaires mortelles ne peut-être questionnée, et simplement ridiculisée. C'est lui, le robot de piétaille, le magicien des milles jouvences, c'est lui le dûr laboureur d'une vérité artificielle, ce genre de vérité que nous aimons souvent qualifier de mensonge. Il est là, et il est las, il ricane mais intérieurement il morve par tout ses orifices, un horrible monstre de rage et de mécontentement, il voulait me trouver quittant la vie, nous savons tous maintenant à quel point cette vile créature déteste la semance éternelle. Il se rend bien compte des regards de misère et de dédain, un déluge sur son âme chétive et toxique. Il n'y avait pour moi que la mort? Il n'y a pour lui que le ridicule! Sa mort est inévitable, comme la notre, autant nous éviter le labeur du meurtre. Le rêve est brisé, et les ténèbres vont envahir ces terres et ces destins d'hommes et de larmes, de femmes et de lames, préparons, sauvagement aussi, les nuits seront longues, les pains seront courts, et le feu s'en vient arracher l'humidité de nos yeux.


2018-09-04 01:04:23
Renaud Olivier Chouinard